Arbre simplifié

Michel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pierre

Jean

Michel

 

 

 

Jean

Sieur de la Coquerie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean

Michel

Sieur de la Coquerie

Guillaume

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Guillaume

Jean

Robert

Sieur de la Coquerie

Renée

Michel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marie

°1611

Pierre

°1616

Marin

°1618

Jean °1620

Sieur de la Coquerie

Anne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

René (1)

Sieur de la Coquerie

Anne

Jeanne

Jean °1654

Sieur de la Passonnais

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean (2)

°1682

Jacques

°1685

François °1691

Sieur de la Milesse

Michel °1694

Sieur du Bourg

Catherine

°1697

Marie

°1700

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean °1723 (3)

Sieur de Bure

Françoise

°1726

Michel °1727

Sieur du Bourg

François

°1730

Jeanne

°1732

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Scholastique

°1767

Françoise

°1769

Victoire

°1771

Michel (4)

°1774

Augustin

°1777

Joseph Jean

°1779

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auguste

°1804

Françoise

°1806

Jeanne Marie

°1808

Augustin

°1810

Arsène

°1813

Pascal

°1816

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alfred

°1843

Auguste

°1845

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Renée

°1874

Roger

°1876

Roger

°1879

Gabriel

°1882

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Henri

°1910

Monique

°1912

Yves

°1913

Patrice

°1920

Marguerite

°1921

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bernard

Nicole

Bernadette

Robert

Allain

Benoit

Fabienne

 

 

(1) : 1 fils sans alliance connue

(2) : auteur d’un rameau tôt éteint qui habitait Lesbois

(3) : tige des Bougrain de Bure

(4) : mort sans alliance

 

Notaires, prètres, marchands de fil


 

Nous remontons jusqu’au XVème siècle ou vivaient un Pierre Bougrain dont un testament daté de 1508 porte la signature, et un Michel Bougrain, qui pourrait être son frère, et dont nous descendons. Ce Michel eut plusieurs enfants dont  un fils, du nom de Jehan, né vers 1500, et qui fonda la ~chapelle aux Bougrains~ en l’église de Couesmes, le 22 août 1530 avec ses frères Pierre (prêtre sous le règne de François 1er) et Michel. (sources : abbé Angot, dans son dictionnaire de la Mayenne (tome 1 p 759) et Registre des fondations de Couesmes (bibliothèque de Laval)).De lui, la descendance suivante :

 

Jehan  BOUGRAIN, sieur de LA COCQUERIE

vers 1525

épouse à Couemes en 1550 Michelle Cousin, fille de Pierre, seigneur de La Butte, demeurant à Vaucé vers 1520, dont entre autres Jehan, Michel, qui suit, et Guillaume

 

Michel  BOUGRAIN, sieur de LA COCQUERIE

Tabellion à Couesmes et a résidence de Lesbois

épouse à Couemes vers 1580 Renée Drouet, fille de Julien, sieur de La Brosse et de Guillemine Couppel de La Marchandais (Sources : Archives de la Manche, manuscrit A1860 « journal des rentes du domaine de Dampfront »)

de cette union sont nés :

·        Robert Bougrain Cocquerie, qui suit

·        Guillaume, prêtre, a célébré sa première messe, à l’église Notre Dame de Couesmes, le 4 octobre 1615.

·        Jehan, prêtre, curé de Couesmes, testa en 1641

·        Pierre, prêtre

·        Renée, mariée à Guillaume Dérault, seigneur de La Déraudais

·        Michel, bourgeois de Gorron, marchand de fil, mort et inhumé en l’église de  Couesmes le 7 juin 1627, seigneur de La Coquerie, marié à Jeanne Fourmy dont il eut au moins trois fils : Guillaume (Guillot né à Couesmes en octobre1614), Julien et Pierre (né à Couesmes en août 1619) et plusieurs filles, dont Anne (née à Couesmes en avril 1622) et Suzanne, qui épousa Jean Cousin, seigneur de La Cruchère.

 

Vénérable et discrète personne Messire Pierre Bougrain, prêtre de Couesmes, assisté de ses deux frères Jehan et Guillaume, tous trois fils de feu honneste homme Michel Bougrain, fondèrent une prestimonie qui porta leur nom les premiers temps et  qui devint plus tard, par déformation, la prestimonie Saint-Julien  parce que la messe hebdomadaire de la fondation faîte par les Bougrain, célébrée tous les vendredis, était dite en l’église de Couesmes devant l’autel Saint-Julien. (Dictionnaire historique départemental de l’abbé Angot, tome I, p 759) 

 

 

Première messe de Guillaume Bougrain, le 4 octobre 1615

 

 

Autel Saint-Julien

 

Robert  BOUGRAIN COCQUERIE (sieur de LA COCQUERIE)

Notaire royal à Couesmes et à Lesbois

épouse à Couesmes le 27 juillet 1610 Michelle Naudet, fille de Pierre Naudet, bourgeois d’Ambrières, et de dame Marguerite Hameau, et par là propre tante du ministre Louis Berryer, bras droit de Colbert

 

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)   

BMS 1607-1642 (vue 4/109)   

Mariage Robert Bougrain 27 juillet 1610   

 

de cette union sont nés :

·       Marie, née le 7 mai 1611, qui épouse le 25 février 1631 en l’église de Couesmes, Jehan Cochon, seigneur de Gastines, de la paroisse de Vaucé (mariage célébré par Jehan Bougrain, vicaire de Couesmes). Elle est morte le 3 juin 1681 à Couesmes

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1607-1642 (vue 60/109)   

Naissance de Marie Bougrain le 7 mai 1611   

 

 

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1669-1691 (vue 117/211)   

Décès de Marie Bougrain le 3 juin 1681   

 

·       Pierre Bougrain Cocquerie, "bourgeois de Couesmes et Gorron", né le 13 février 1616, inhumé en l’église de Couesmes le 2 juin 1680, épouse à Couesmes Julienne Forest Sébilais.

o       Jean-Baptiste Bougrain de la Coquerie, prêtre, principal du collège de la Baconnière, près de Laval

o       Nicolas Bougrain de la Coquerie mort en 1705 sans alliance connue

o       Anne, mariée en 1682 à François le Genissel, seigneur de Moussardière

o       Françoise, mariée à Guillaume Bourdé, seigneur de Gastinés

o       Pierre, Bougrain de la Coquerie, marchand de fil à Couesmes, marié en 1681 à Renée du Tertre et en secondes noces à Julienne Borré. Il eut une postérité éteinte en 1885 à Laval

·         Françoise, née à Couesmes le 25 juin 1684

·         Catherine, née à Couesmes le 5 novembre 1686 (parrain maître Jean Bougrain, marraine Catherine Landry)

o       Renée

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1607-1642 (vue 74/109)   

Naissance de Pierre Bougrain le 13 février 1616   

 

 

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1669-1691 (vue 120/211)   

Décès de Pierre Bougrain Cocquerie le 2 juin 1680   

 

·       Marin, né le 3 janvier 1618, religieux à l’abbaye de Fontaine-Daniel

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1607-1642 (vue 76/109)   

Naissance de Marin Bougrain le 3 janvier 1618   

 

·       Jean Bougrain Cocquerie,  né le 2 avril 1620, qui suit

·       Anne, mariée à René Laigle, seigneur des Biars, le 24 septembre 1682 à Couesmes

 

Jean  BOUGRAIN COCQUERIE, sieur de LA COCQUERIE

 

le 2 avril 1620 à Couesmes

mis en sépulture à l’église de Couesmes le 9 septembre 1685

épouse Marie Fleury de la Drouardière, fille de Jacques, intendant des Comtes de Froullay de Tessé, et d’Anne de Reverdy de Vauvert.

 

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1607-1642 (vue 82/109)   

Naissance de Jean Bougrain le 2 avril 1620   

 

 

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1669-1691 (vue 157/211)   

Mariage de Jean Bougrain le 9 septembre 1685   

 

 

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1669-1691 (vue 173/211)   

Décès de Jean Bougrain Cocquerie le 9 septembre 1685   

 

de cette union sont nés :

·         René, seigneur de la Coquerie où il résidait, et du Meslier par l’alliance qu’il fit le 4 février 1687 avec Suzanne, fille de maître Guillaume Carré, seigneur du Meslier, audiencier à Mayenne, et de Renée Guyard.

signature de René Bougrain

 

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1669-1691 (vue 173/211)   

Mariage de René Bougrain le 4 février 1687   

 

o    Renée, baptisée à Couesmes le 18 janvier 1688 (BMS 1669-1691 ; 183/211). Son parraine est François Fleury. Elle épouse le 2 mai 1724 à Couesmes Henry Couppé, sieur du Chesnay, en présence de Jeanne Bougrain, sa soeur, du père Jacques Carré, son oncle, de ses cousins Maître François Bougrain, sieur de la Milesse et Frangois Juas, seigneur de la Chausserie. (BMS 1711-1733 ; 163/249)

o    Jacques Bougrain, seigneur de la Coquerie et du Meslier, sans alliance connue. Il est né le 1er décembre 1691 (BMS Couesmes 1691-1711 ; 5/229) et a été inhumé le 20 janvier 1723, âgé de 30 ans environ. (BMS Couesmes 1711-1733 ; 143/249). Son parrain est Jacques Carré et sa marraine Anne Bougrain.

o    Jeanne, sans doute née en 1693 (année manquante dans les registres), qui épouse le 28 janvier 1726 à Couesmes René Moreau, de la Morlière (BMS 1711-1733 ; 183 et 184/249)

o    Catherine, baptisée le 2 mai 1695 à Couesmes (BMS Couesmes 1691-1711 26/229). Elle a pour marraine Catherine Landry, femme de Jean Bougrain, sieur de la Passonnais. Elle a été mariée à Couesmes le 16 mai 1724 à Guillaume Le Crosnier, sieur de Malouhin, fils de Michel et Renée Bertron (mariage 8 juin 1706). Sont présents à son mariage sa soeur Renée avec son mari Henry Couppé, sieur du Chesnay ; son autre soeur, Jeanne ; son oncle Jacques Carré, prêtre, ses cousins François Bougrain de la Milesse et François Juas de la Chausserie (BMS 1711-1733 ; 164/249). Ils auront 6 enfants : Catherine Charlotte (20 mai 1726), Renée (21 septembre 1727), Catherine (6 décembre 1728), Renée (22 mai 1732), Marie Michelle (1er mai 1737) et Guillaume (9 avril 1741).

·         Jean, né en 1654, qui suit

·         Anne, épouse à Couesmes le 12 novembre 1671, Jean JUAS, fils de Michel, sieur du Val et de La Chausserie, et de Julienne Le Brun

·         Jeanne, mariée le 28 avril 1678 à Michel JUAS, sieur de la Chausserie, frère de Jean

 

                   

Signature de Jacques Bougrain

sur un acte de 1704

Signature de Jean Bougrain sur plusieurs

actes dans les années 1700

                   

 

 

Jean  BOUGRAIN, sieur de LA PASSONNAIE

 

en 1654 à Couesmes

décédé le 28 juillet 1700 à Couesmes 

épouse, le 27 novembre 1681, à Couesmes, Catherine Landry, décédée le 22 juin 1710 à Couesmes, fille de maître Jacques Landry, notaire, sieur de la Vausserie, décédé le 5 août 1688 et de honnête dame Guillemine Forêt, décédée le 13 janvier 1672.

de cette union sont nés :

 

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1669-1691 (vue 120/211)   

Mariage de Jean Bougrain le 27 novembre 1681   

 

·         Jean, sieur de La Reinière et de La Passonnais, marchand, né le 16 octobre 1682, marié, le 2 août 1714 à Couesmes, à Julienne, fille de Julien Piednoir, seigneur de Valaudin. Il est l’auteur d’un rameau tôt éteint qui habitait Lesbois, dont :

o    François, baptisé à Couesmes le 2 janvier 1718, marié le 13 février 1744 à Couesmes à Michelle Carré, née le 29 juillet 1719 à Couesmes de Jean Carré et Michelle Le Crosnier (1688-1752). Michelle sera la marraine de Jean, fils de Pierre Piednoir baptisé le 1er mai 1745 (AD53 - Couesmes - BMS 1711-1733 page 138/261)

§         Jean, baptisé à Couesmes le 4 février 1746. Le parrain est Jean Bougrain, sieur de la Reinière, la marraine est demoiselle Michelle Le Crosnier, veuve de Jean Carré (AD53 – Couesmes – BMS 1711-1733 page 150/261)

o    Jeanne, baptisée le 14 mars 1723 à Couesmes (AD53 – Couesmes – BMS 1711-1733 page 145/249). Son parrain est Michel Bougrain, curé de cette paroisse, et sa marraine est sa tante Jeanne Orrière, femme de maître François Bougrain.

o    Marie, baptisée le 10 décembre 1724, ayant pour parrain François Piednoir et pour marraine Jacqueline Piednoir (AD53 – Couesmes – BMS 1711-1733 page 170/249)

o    Julienne Charlotte, baptisée le 26 juin 1727. Elle a eu pour parrain Jean Charles Leroy, bourgeois de Caen, et pour marraine damoiselle Marie Pohier (AD53 – Couesmes – BMS 1711-1733 page 196/249)

o    Madeleine, baptisée le 22 mai 1729, ayant pour parrain Jean Piednoir  (AD53 – Couesmes – BMS 1711-1733 page 218/249)

o    Michel, baptisé le 24 décembre 1731, ayant pour parrain Michel Bougrain, curé de Couesmes qui célébra le baptême et pour marraine Jeanne Orrière.(AD53 – Couesmes – BMS 1711-1733 page 238/249)

o    Françoise, baptisée le 15 juin 1733 à Couesmes. Ont signé Jean Bougrain et François Bougrain, le parrain. (BMS 1733-1753 Cousemes 6/261)

 

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1669-1691 (vue 134/211)   

Naissance de Jean Bougrain le 16 octobre 1682   

 

 

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1711-1733 (vue 45/249)   

Mariage de Jean Bougrain le 2 aôut 1714   

 

 

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1711-1733 (vue 82/249)   

Naissance de François Bougrain le 2 janvier 1718   

 

·         Jacques, sous diacre, né et baptisé le 15 avril 1685 (parrain Jacques Landry ; marraine Anne Bougrain), décédé en la maison de madame sa mère, à 23 ans le 8 décembre 1708. à  la veille d’être ordonné prêtre.

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1669-1691 (vue 155/211)   

Naissance de Jacques Bougrain le 15 avril 1685   

 

·         René, baptisé à Couesmes le 12 novembre 1787

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1669- 1691 (vue 180/211)   

Naissance de René Bougrain le 12 novembre 1687   

 

·         François, baptisé le 11 janvier 1691, qui suit.

·         Michel, sieur du Bourg, baptisé le 1er avril 1694 (parrain Michel Juas, sieur de La Chausserie, marchand de la paroisse de Veaucé ; marraine Anne Morice), prêtre, curé de Couesmes de 1721 à 1742 (En 1745 des actes sont signés Bougrain, vicaire de Couesmes)

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1691- 1711 (vue 14/229)   

Naissance de Michel Bougrain le 1er avril 1694   

 

·         Catherine, baptisée le 18 janvier 1697 (parrain vénérable et discret messire Michel Landry, prêtre ; marraine Suzanne Carré, femme de René Bougrain, sieur de la Cocquerie). Elle a été marraine de Julien Carré le 12 août 1729 à Couesmes. Elle a épousé Guillaume Le Crosnier dont elle a eut un fils, François, baptisé à Couesmes le 21 février 1730. L’acte est signé de François Bougrain, le parrain, de Michelle Carré, la marraine et de Michel Bougrain, le curé officiant. Elle a eu un autre fils, René, né le 1er avril 1731 à Couesmes dont la marraine fut Marie Bougrain et une fille, Renée, née le 22 mai 1732 et baptisée le lendemain avec pour marraine Renée Bougrain.

·         Marie, baptisée le 24 mars 1700 (parrain René Forêt ; marraine Marie Landry) a épousé le 30 juillet 1730 à Couesmes René Pottier. (BMS Couesmes 227/249). Marie Renée est née de ce mariage le 10 novembre 1731. Le père était mort et le parrain fut Michel Bougrain, curé de Couesmes qui célébra le baptême et la marraine Jeanne Orrière (BMS Couesmes 237/249). Une Marie Pottier a été inhumée au cimetière de Couesmes le 12 décembre 1731 (BMS Couesmes 238/249)

Le 20 juin 1727 eut lieu le mariage de Martin Colin et Renée Juas. Les Bougrain y étaient bien représentés puisqu'on retrouve parmi les témoins du marié Julien Piednoir et Jean Bougrain Rainière, ses cousins issu de germains, et parmi ceux de la mariée Michel Bougrain, curé de Couesmes, et François Bougrain, sieur de la Milesse, ses cousins germains.  (BMS Couesmes 196/249).


François  BOUGRAIN, sieur de LA MILESSE

 

Notaire royal à Couesmes

baptisé le 11 janvier 1691 à Couesmes (parrain Jean Juas, sieur du Val et marraine Jeanne Bougrain, femme de Michel Juas, sieur de la Chausserie)

décédé le ? (il vivait encore le 4 octobre 1752 (témoin le 19 janvier 1751 avec son fils Jean au mariage de Michel, fils de défunt Pierre Piednoir, sieur de la Guydonière, et de défunte Anne Landry et de Magdeleine Roussel ( ?) … et des contrats de mariage sont signés de lui) le 7 mars 1755 un François, sieur de la Milesse, est parrain d’Anne Rossignol et le 9 février 1756 parrain de Jeanne Piednoir

épouse, le 15 février 1722, à Couesmes, suivant la dispense obtenue de Monseigneur l’Evêque du Mans à cause de l’empêchement de parenté, Jeanne Orierre, fille de Michel, sieur de Bures, et de Jeanne Germont, veuve de René-Guy Corbeau, sieur de la Coulonge, dont elle avait eu une fille, Marie-Françoise, qui épousera en 1738 messire Charles Couppel de Saint Front, écuyer, seigneur patron de Rouellé, d’où descendance Saint Front et particulièrement Jean Durand de Saint-Front qui a fait des recherches sur la famille Bougrain

 

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1669- 1691 (vue 206/211)   

Naissance de François Bougrain le 11 janvier 1691   

 

 

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1711- 1733 (vue 131/249)   

Mariage de François Bougrain le 15 février 1722   

 

de cette union sont nés :

·         François Michel, baptisé le 22 novembre 1722 (AD53 – Couesmes – 140/249). Il eut pour parrain Michel Bougrain, curé de  Couesmes, et pour marraine Marie Pottire.

·         Jean, sieur de Bure, tige des Bougrain de Bure, avocat et notaire royal, baptisé le 4 décembre 1723 à Couesmes (parrain Jean Bougrain, son oncle ; marraine Marie Bougrain, sa tante), marié à Jeanne Hossard des Brosses, de  Landivy, dont 2 fils :

o    Jean Michel Bougrain de Bures, baptisé le 21 janvier 1751 à Couesmes (parrain maître Michel Hossard, sieur des Brosses, notaire royal ;marraine Jeanne Orrière, épouse de maître François Bougrain, sieur de la Milesse, notaire de cette paroisse), notaire royal notaire royal lorsque éclata la révolution, qui de Marie-Charlotte Guesdon de La Baillée laissa pour fils unique Jean-Charles, conseiller à la Cour Royale, puis président de chambre à Angers, né au Pas le 24 octobre 1785, mort à Angers le 4 mai 1853, laissant sa fortune aux familles Griffatton et Gougis. Ils eurent également une fille, Renée Marie Jeanne, baptisée le 30 mars 1781 à Couesmes (AD53 99/129)

o    l’abbé François de Bure, né le 22 août 1752, (parrain François Bougrain, sieur de la Milesse ; marraine Michelle, épouse de Michel Hossard, notaire royal et procureur fiscal au siège de Fougerolles) déporté en Angleterre à la Révolution, ayant refusé comme vicaire de Saint-Berthovin la Taunière, le serment de la République. Il revint à Couesmes où il est mort le 28 avril 1805.

 

Signature du vicaire de Couesmes en 1773

 

o    Joseph François, baptisé le 15 mai 1756 à Couesmes, mort à 3 ans et enterré à Couesmes le 6 août 1759

o    Augustin Pierre, tenu sur les fonds baptismaux par Jean-Michel Bougrain, sieur de Bure, son frère,  le 9 février 1760 à Couesmes (BMS Couesmes 106/258)

o    Pierre Joseph, son jumeau, tenu sur les fonds baptismaux par maître Pierre Blague, notaire à Désertines, et demoiselle Françoise Bignon, épouse de Michel Bougrain, sieur du Bourg (BMS Couesmes 106/258)

o    Jeanne Michelle, née et baptisée le 26 mars 1764 à Couesmes. Le parrain est René Moreau et la marraine Anne Juas épouse de Nicolas Bourde. Elle est morte à 3 mois, le 22 juin suivant.

·         Françoise, dite Mademoiselle de la Milesse, baptisée à Couesmes le 11 août 1726, avec pour parrain Noël Piednoir et pour marraine Marie Corbeau (BMS Couesmes 188/249), religieuse bénédictine à Lassay

·         Michel, baptisé le 9 octobre 1727 à Couesmes,  sieur du Bourg, qui suit

·         François René, baptisé le 30 janvier 1729, à Couesmes (BMS Couesmes 215/249), eut pour parrain René Le Bossé et pour marraine Anne Corbeau.

·         François, né le 11 juillet 1730 à Couesmes (BMS Couesmes 227/249), mort jeune, a eu pour parrain René Pottier et pour marraine  Catherine Bougrain

·         Jeanne Bougrain de l’Orrière, baptisée par Michel Bougrain, curé de Couesmes le 15 juillet 1732 (marraine Anne Landry ; BMS Couesmes 243/249), mariée le 25 janvier 1763 à Jacques Piel

·         Jeanne, connue comme étant la marraine de son neveu Joseph Jean. Elle est femme de M. Hossard de Bures.

·         Anne, morte jeune, est citée par Saint Front mais n'a pas été trouvée dans les registres de Couesmes aux dates supposées (1725-1726)

·         René-François, mort jeune

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1711-1733 (vue 155/249)   

Naissance de Jean Bougrain le 4 décembre 1723   

 

 

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1711-1733 (vue 188/249)   

Naissance de Françoise Bougrain le 11 août 1726   

 

 

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1711-1733 (vue 200/249)   

Naissance de Michel Bougrain le 9 octobre 1727   

 

 

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1711-1733 (vue 227/249)   

Naissance de François Bougrain le 11 juillet 1730   

 

 

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1711-1733 (vue 243/249)   

Naissance de Jeanne Bougrain le 15 juillet 1732   

 

 

 

Signatures de Michel Bougrain, curé de Couesmes

et de François Bougrain, notaire

 sur un acte de 1726 (Couesmes BMS 1711-1733 172/249)

On retrouve ses deux signatures sur de nombreux actes de cette époque

 

 

 

Fiche concernant Jean Charles Bougrain de Bure, à paraître dans le livre de Bernard Sonneck (dictionnaire des décorés de la Légion d’Honneur de la Mayenne), aimablement communiquée par l’auteur.

BOUGRAIN de BURE  Jean Charlesconseiller à la cour d'appel.

¨        Chevalier le 13 septembre 1842.

Né à Le Pas le 24 octobre 1785, décédé à Angers le 4 mai 1853.

Fils de Jean Michel Bougrain, sieur de Bure, notaire royal, et de Renée Marie Charlotte Guédon, mariés le 1er février 1780 au Pas.

Son grand-père Jean Bougrain était aussi notaire. Selon Angot, c’est lui qui aurait acquis en 1770 de Jean Baptiste Trippier de Laubrière, le clos et le moulin de Bure, dans la commune de Couesmes, et en aurait pris le nom. Son frère François, né le 28 septembre 1789, fut garde d’honneur en 1813.

Il étudia le droit, obtint sa licence le 16 août 1810 et se fit recevoir avocat, admis au stage le 15 mai 1811. Nommé substitut à Mamers le 10 octobre 1812, il fut révoqué le 30 avril 1816 pour motifs politiques, par esprit de réaction selon le président Desmazières : «La réaction de 1815, là fort vive, ne pouvant s’accommoder de son attachement inébranlable à l’ordre léggal et constitutionnel, sous cette seule influence et quoique hiérarchiquement proposé pour de l’avancement, il fut remplacé », et redevint avocat consultant jusqu’à sa réintégration à Alençon, le 19 mai 1828 :  « réfugié au barreau du même siège, il y fut suivi de l’estime et de la confiance publique et tout aussitôt entouré d’une clientèle nombreuse et honorable qui lui est vrestée toujours fidèle. Après 9 ans passés dans cette pénible carrière, il se trouva obligé d’y renoncer pour raison de santé. Pendant 3 ans, il se borna à l’étude et au travail du cabinet. Le 15 avril 1828 il fut nommé juge au tribunal civil d’Alençon ; il prêta serment à la cour royale de Caen le 19 mai même année et dès lors il remplit cette charge avec son exactitude accoutumée ». Nommé conseiller à la cour royale d'Angers le 30 juillet 1831, président à la même cour le 21 octobre 1844, il exerçait encore cette fonction lorsqu’il est décédé d’une attaque d’apoplexie à son domicile.

Dans son rapport du 21 février 1849, le président Desmazières le notait comme « bon magistrat à tous égards, l’un des membres de la compagnie les plus versés dans les affaires, les aimant et s’y livrant avec bonheur. Célibataire ». Le procureur général, de son côté, en disait : « révoqué pour cause d’opinions politiques le 6 avril 1816... c’est un magistrat du premier mérite, d’une instruction profonde, d’un esprit sûr et pénétrant, et plein de zèle dans l’accomplissement de ses devoirs. Il est en grande estime parmi les justiciables, et particulièrement au barreau. Il est de moeurs douces et honorables. célibataire jouissant d’une certaine aisance. Ses opinions le rattachent à l’ancien parti libéral ». En rendant compte de ses obsèques, à Angers, l’Echo de la Mayenne du 12 mai 1853 ajoutait : « Son urbanité, son langage bienveillant et spirituel le faisaient, à bon droit, rechercher dans le monde, et lui devaient conquérir plus d’une affection durable et dévouée ».

 

 

 

Michel  BOUGRAIN, sieur du BOURG

 
le 8 octobre 1727 à Couesmes

baptisé le 9 octobre 1727 à Couesmes  (parrain Michel Bougrain, curé de Couemes ; marraine Julienne Piednoir)

décédé le 19 février 1780 à Vaucé et inhumé au cimetière de cette ville le 21 février

Il portait le nom Bougrain-Dubourg et était propriétaire au village des Ruettes.

 

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1711-1733 (vue 200/249)   

Naissance de Michel Bougrain le 9 octobre 1727   

 

 

Extrait des registres de Vaucé (Normandie)    

BMS 1780-1787 (vue 9/221)   

Décès de Michel Bougrain le 19 février 1780   

 

 

Épouse en premières noces, le 15 octobre 1759 Françoise Bignon, fille de Jean et de Jeanne Girard, de la paroisse de Brécé. Elle était présente, avec son époux, à Brécé, le 7 avril 1760  pour l’enterrement de son père Jean. (BMS Brécé 29/186). Elle était décédée le 2 juin 1761 car à l’enterrement de son oncle François Bignon était présent "Michel Bougrain, son neveu comme époux de Françoise Bignon aussi défunte" (BMS Brécé 32/186). Il est donc probable qu’elle est morte en mettant au monde son enfant :

·        Jeanne Françoise, née et baptisée le 30 septembre 1760 à Couesmes, parrain François Bougrain et marraine Jeanne Girard (BMS Couesmes 90/258)

Extrait des registres de Couesmes (-Vaucé)    

BMS 1754-1773 (vue 79/258)   

Mariage de Michel Bougrain et Françoise Bignon le 15 octobre 1759   

 

 

 

Épouse en secondes noces, le 3 février 1766, à Vaucé, en présence de Jean Bougrain, sieur de Bures, Scholastique Quentin, fille de Nicolas Louis, sieur de la Martinière et de La Cave, notaire royal à Lépinay, et de Françoise Pétron de Villeneuve. Scholastique a été marraine de François Pierre Juas, né le 3 juin 1766, le parrain étant François Bougrain.

 

Extrait des registres de Vaucé (Normandie)    

BMS 1759-1770 (vue 167/271)   

Mariage de Michel Bougrain et Scholastique Quentin le 3 février 1766   

 

 

de cette union sont nés :

·      Scholastique Françoise, baptisée à Couesmes les 29 juillet 1767, connue comme étant la marraine de son frère Augustin. Son parrain était maître Pierre Quentin son aïeul de la paroisse de Vaucé et sa marraine Françoise Bougrain, épouse de maître Pierre Plaquet, sieur de Courville, notaire.

·      Françoise Jeanne, née et baptisée le 26 janvier 1769 à Couesmes, connue comme étant la marraine de son frère Jean. Son parrain était Jean Bougrain, sieur de Bure, garçon, et sa marraine, Françoise, épouse de Pierre Quentin, notaire royal (201/258). Elle a été mariée le 19 octobre 1787 à Jean Corbeau, sieur de La Gasnerais, fils de Michel et d’Anne Deraine Gauffrie.

·        Victoire Marie Anne Peviane, née le 17 février 1771 à Couesmes. Parrain Pierre Louis Seigneur et marraine dame Jeanne Bougrain (signe Jeanne Hossard). (225/258).

·        Michel François Pierre, né et baptisé le 10 mai 1774 (parrain Pierre Lagué, notaire, sieur de Courville, oncle paternel ; marraine Françoise Quentin, cousine germaine maternelle). Il est mort sans alliance.

·        Augustin, né le 5 Juillet 1777, qui suit, et Jean son jumeau. Leur père est alors propriétaire au village des Ruettes d’après l’acte de baptême.

·        Joseph-Jean, né le 25 avril 1779. Son parrain est  Jean Le Normand de la Richardière, cousin germain du père, et la marraine est Jeanne Bougrain, épouse Hossard de Bures, sœur du père. (Un Jean Le Normand a épousé le 8 mai 1784 à Veaucé Jeanne Bougrain. Jean était  le fils de Michel, propriétaire à la Richardière, et de défunt Marie Douillet.  Originaire de Couesmes, Jeanne avait environ 28 ans et était la fille de défunt François Bougrain et de défunte Françoise Laigre. Ce pourrait être le parrain de Jean-Joseph, bien qu’il n’ait pas encore épousé Jeanne Bougrain. Il devait donc y avoir déjà un lien de cousinage). Le nom du dit père est écrit Bougrain du bourg sur l’acte de baptême.

 

2 signatures Bougrain en 1753 : le père curé de Couemes et Michel

 

Le 6 août 1758 il est parrain de Catherine Juas, à Couesmes. Le 3 octobre suivant il est présent, avec François, seigneur de la Milesse, à un mariage. Ce même François, marchand de cette paroisse est parrain de Françoise Derleux le 26 octobre 1758 et de Jeanne Françoise Fouault le 30 octobre (la marraine est Jeanne Michelle Hossard, femme de maître Jean Bougrain)….

 

 

Augustin  BOUGRAIN DUBOURG

Marchand de fils et fabricant à Gorron

(Son acte de décès porte commerçant en fil, mais les recensements et autres actes le disent marchand de fils, filassier, fabriquant …)


 baptisé le 5 Juillet 1777 à Veaucé (parrain le frère de sa mère, notaire royal ; marraine Scholastique Bougrain, sa sœur)

 décédé le 30 août 1849 à Gorron où il habitait ; cet acte donne Augustin Bougrain "commerçant en fil"

 épouse le 20 Fructidor an X (7 Septembre 1802), à Gorron, en présence de Françoise Bougrain (propriétaire à Veaucé, âgée de 33 ans), Françoise Gesbert, née à Chatillon (Mayenne), le 12 mars 1781 et baptisée le lendemain, morte entre 1863 et 1866, fille de Pierre Gesbert, propriétaire à Châtillon-sur-Colmont, marchand de fil à Veaucé et de Mathurinne Mottin. L’acte de mariage nous apprend que le mari habite alors à Veaucé et la mariée à Gorron.

 

Extrait des registres de Vaucé (Normandie)    

BMS 1771-1779 (vue 188/248)   

Naissance d'Augustin Bougrain le 5 février 1777   

 

 

 

Extrait des registres de Gorron   

BMS 1801-1802 (an X) (vue 67/90)   

Mariage d'Augustin Bougrain le 7 septembre 1802   

 

 

Extrait des registres de Gorron    

BMS 1848-1852 (vue 78/250)   

Décès d'Augustin Bougrain le 30 août 1849   

 

 

de cette union sont nés :

 

 

Augustin-Pierre, Pascal-Pierre et Arsène

dessinés par Louis Piednoir (grand père de la femme d'Auguste)

 

 

 

Extrait des registres de Gorron   

BMS 1804-1806 (vue 5/122)   

Naissance d'Auguste Bougrain le 11 octobre 1804   

 

 

Extrait des registres de Gorron    

BMS 1804-1806 (vue 80/122)   

Naissance de Françoise Bougrain le 7 mars 1806   

 

 

Extrait des registres de Gorron    

BMS 1808-1812 (vue 2/222)   

Naissance de Jeanne Marie Bougrain le 14 juillet 1808   

 

 

Extrait des registres de Gorron    

BMS 1808-1812 (vue 120/222)   

Naissance d'Augustin Pierre Bougrain le 24 novembre 1810   

 

 

Extrait des registres de Gorron    

BMS 1813-1817 (vue 32/239)   

Naissance d'Arsène Bougrain le 15 juin 1813   

 

 

Extrait des registres de Gorron    

BMS 1813-1817 (vue 173/239)   

Naissance de Pascal Bougrain le 16 avril 1816   

 

 

 Augustin s'est installé à Gorron dans les années 1800. A peine mariée, Françoise Gesbert entame une procédure de divorce par consentement mutuel pour incompatibilité d’humeur. Mais Augustin s’y oppose et la procédure n’aboutit pas [ndlr ; on divorçait énormément à l’époque et ce n’est qu’en 1804 que le Code civil va revenir sur les excès de la loi de 1792 sur le divorce].

 

Augustin avait hérité de son père Michel d'une fortune importante constituée de propriétés agricoles. Cette fortune s'est accrue de par son mariage sous l'empire. Le blocus continental de 1806 (ports européens fermés aux navires anglais) avait stoppé l'importation de toiles venant d'Angleterre en particulier pour les moulins. S'étant marié à Gorron, où il disposait ainsi de vastes bâtiments, il eut l'idée de créer une usine de filatures de toiles et devint "marchand de toiles". Ayant pris les machines à tisser les plus modernes, sa réussite fût immédiate et les revenus générés s'ajoutèrent à ceux issus de la gestion de ses propriétés agricoles. Ses revenus, considérables pour l'époque, lui firent entretenir des rapports privilégiés avec la banque Piednoir à Laval (son petit-fils Auguste épousera Marguerite Lelièvre, petite fille de Louis Piednoir). Note de Patrice Bougrain-Dubourg

 

Pour la famille Bougrain à Gorron, voir ici

 

Augustin  Pierre BOUGRAIN

Fabriquant, marchand de fil (en 1845) puis Propriétaire


le 24 Novembre 1810 à Gorron

décédé le 24 Mai 1875 à Gorron

enterré à Gorron

épouse le 30 Septembre 1839 à Gorron, Véronique Adélaïde Lelièvre, fille d’Aimable Lelièvre, propriétaire à Désertines, et de Julie Dumaine, décédée le 18 septembre 1875 et enterrée au cimetière de Gorron, dans la tombe jouxtant celle de son époux.

 

Extrait des registres de Gorron    

BMS 1808-1812 (vue 120/222)   

Naissance d'Augustin Pierre Bougrain le 24 novembre 1810   

 

 

Extrait des registres de Gorron    

BMS 1838-1842 (vue 122 et 123/317)   

Mariage d'Augustin Pierre Bougrain le 24 novembre 1810   

 

Extrait des registres de Gorron    

NMD 1875-1877 (vue 81/267)   

Décès d'Augustin Pierre Bougrain le 24 mai 1875   

 


 

de cette union sont nés :

  • Auguste Arsène (Gorron 1843 – Laval 1903), qui suit
  • Alfred (Gorron 09/01/1845 – La Rochelle 28/01/1929) 1 Il fit toute sa carrière à la Banque de France à Laval, Rochefort puis La Rochelle où il finit comme directeur de cette banque. Parrain de Gabriel, il fut l’un des témoins à son mariage. Il avait épousé Louise Abel de Pujol 1 (fille de l’artiste, peintre de Napoléon III) dont il n’eut pas d’enfants. Il était catholique et elle était protestante. Elle fut enterrée dans le cimetière de cette ville, dans la partie réservée aux protestants et Alfred, son mari, fut enterré auprès d’elle, par mesure spéciale, dans une enclave de terre bénite.

 

On raconte dans la famille qu’un épisode de la guerre de 1870 aura une grande influence sur la vie d'Auguste et de son frère Alfred. Toute la réserve d'or de la Banque de France du Nord et d'une partie de Paris avait été concentrée à Lille, ville considérée à l'abri des invasions des troupes prussiennes. Mais ce fut une erreur et les Prussiens déferlèrent sur Lille. La direction de la Banque de France réunie à Paris, affolée, cherche des volontaires sûrs pour évacuer l'or de Lille. Auguste et son frère Alfred se portèrent candidats. Ils quittèrent Paris en sabots, habillés en paysan, avec deux charrettes à chevaux pleines de foin. Ils arrivèrent à Lille, purent charger l'or sous le foin, et repartir sur Paris. Ils franchirent plusieurs barrages prussiens et arrivèrent à Paris avec leur chargement. Il ne manquait pas un louis d'or ni une plaquette d'or. Ce fut un triomphe et la direction de la Banque de France décida de les nommer directeur dans la ville de leur choix. Alfred choisit La Rochelle où il se maria avec Louise Abel de Pujol (fille du peintre officiel de Napoléon III, auteur du plafond du salon du Palais Bourbon qui existe toujours et porte son nom). Auguste choisit Laval où plus tard il prit la succession de Louis Piednoir, grand-père de sa femme, à la direction de la banque du même nom. Installé à Laval, il vendit beaucoup de ses biens de Gorron, dont un immeuble qui devint la gendarmerie.

Après consultation de ses archives, la Banque de France, interrogée à ce sujet, a totalement démenti cette histoire !

 

Tombes Bougrain au cimetière de Gorron

sur la première tombe est écrit  « Ici repose le corps d’Augustin Dubourg décédé le 24 mai 1875 dans sa 65ème année »

La deuxième est celle de son épouse Véronique Lelièvre

 

 

 

Auguste Arsène BOUGRAIN

Propriétaire de la banque Bougrain-Lelièvre à Laval


le 27 Mai 1843 à Gorron

décédé le 29 Juillet 1903 à Laval

enterré à Laval,

sur sa tombe est inscrit "Auguste Arsène Bougrain, Banquier, 1843-1903"

 

alors contrôleur à la Banque de France à Nantes et domicilié à Lille, il épouse le 26 Novembre 1872 à Laval, Léonide Louise Marguerite Lelièvre (qui n’était pas parente de Véronique), alors propriétaire, née à Laval le 10 novembre 1853, décédée à Laval le 27 août 1918, fille de feu Guillaume Joseph Lelièvre et de feue Léonide Julienne Piednoir. Elle était assistée de Léonide Gigon et Louis Piednoir, ses aïeuls maternels, ses aïeuls paternels étant également morts. Les témoins à ce mariage étaient Alfred Bougrain, teneur de livres à la Banque de France, âgé de 27 ans et domicilié à Lille, frère de l’époux, Arsène Bougrain, aumônier, âgé de 59 ans et domicilié à Paris, oncle de l’époux, Prosper Lelièvre, rentier, âgé de 29 ans, cousin germain de l’épouse et domicilié à Laval et Prosper Lelièvre, propriétaire, âgé de 71 ans, oncle de l’épouse et domicilié à Laval. Le père de la mariée, Joseph Lelièvre, avocat à Laval, s’était associé avec son beau-père Louis Piednoir, banquier à Laval. Le premier mourut en 1870 et le second en 1877. Auguste Bougrain, qui avait été également associé de Louis Piednoir, lui succéda alors et donna à son établissement le nom de Banque Bougrain. Elle était établie à Laval,  dans une maison située au pied du château, le long du quai de la Mayenne, où se trouve encore maintenant la Banque de Laval qui a pris la suite. C’est dans cette maison qu’est né son fils Gabriel. Celui-ci disait de son père qu’il était de forte corpulence et portait la barbe. Très travailleur, il était une forte personnalité dans la région de la Mayenne, professionnellement souvent consulté par la Banque de France. 

 

Auguste Bougrain et Marguerite Lelièvre

 

 

Son épouse mourut à Laval, rue de Nantes, de la grippe espagnole attrapée à l’hôpital militaire de Laval où depuis le début de la guerre de 1914 elle s’occupait bénévolement et avec dévouement de la lingerie. Elle laissa une réputation de très grande dame, fort intelligente, et très bonne, qui fit du reste marcher la banque après la mort de son mari

 

de cette union sont nés :

·        Renée, née le 6 juin 1874 à Laval, décédée le 13 mars 1941 à Brives, épouse le 22 septembre 1898 Henri GARÇON, général de brigade, né le 7 janvier 1866, décédé le 17 septembre 1944 à Brives. De leur union naissent Marguerite et Odile (qui meurt à 2 ans). Marguerite épouse Etienne CORDONNIER. et lui donne 7 enfants, 4 d’entre eux ayant une descendance assez nombreuse.

·        Roger (Laval 1876 - 1877)

·        Roger (Laval 1879 - 1881)

·        Gabriel (1882 - 1966) qui suit

 

 

 

3 générations :

Marguerite Bougrain, née Lelièvre

Renée Bougrain, épouse Garçon

Guitte Cordonnier, née Garçon

 

 

cimetière de Laval

 

 

Gabriel BOUGRAIN

Général de division

 

le 9 Avril 1882 à Laval, son père Auguste Arsène, banquier et son oncle Alfred, alors caissier de la banque de France, présents à la déclaration

décédé le 30 Mai 1966 à Saint Germain en Laye

enterré à Sainte Marie de Ré

 

épouse Yvonne O'Mahony le 10 Novembre 1909 à Orléans

 

 

de cette union sont nés (pour plus de détails voir la partie protégée du site):

 

·         Henri (1910- Mort pour la France en 1940). Né à Laval un jour de grève générale, le 13 octobre 1910, il est baptisé un mois plus tard à Pontbellanger. Son parrain est le général Sorin et sa marraine la grand-mère Bougrain.  Il s’engage à 18 ans dans les Chasseurs Alpins et, en 1938, se retrouve au 24ème régiment d’infanterie, à Paris, où il prépare ses examens d’élève officier. Lorsque la guère éclate, il est heureux de partir pour pratiquer ce métier des armes qu’il aimait tant. Le 10 juin 1940 il est abattu à Château Porciens, dans les Ardennes, et le 15 avril 1942 le général Weygand signe le décret lui conférant la médaille militaire avec palme avec la citation suivante : Officier modèle de conscience et de devoir. Au cours de la bataille du 9 juin 1940, commandant un point d’appui sur l’Aisne, attaqué de front et de flanc par un ennemi qui avait réussi à franchir la rivière après un immense bombardement et grâce à une épaisse nappe de brouillard artificiel, a soutenu une lutte farouche de 4 heures 30 à 11 heures, résistant sur place, sans défaillance, en dépit de bombardements renouvelés durant toute la matinée. Il a eu sa section en grande partie détruite. Grièvement blessé au cours de l’action, est mort des suites de ses blessures. A été cité.

·         Monique (1912 - 1968) baptisée le 19 mai 1912 à Saint-Marceau (Orléans) avec pour marraine tante Marie O’Mahony, sœur de son grand-père, et pour parrain Alfred Bougrain. Elle épouse Jean BARBIER.

o    Yolaine épouse Christian PERRODON, d’où :

§   Xavier ;

§   Eric ;

§   Odile.

o    Bruno ;

o    Catherine, épouse Philippe BOYER, d’où :

§   Véronique ;

§   Caroline ;

§   Renaud :

§   Damien.

o    Dominique, épouse Marie-France Perrodon, d’où :

§   Nicolas ;

§   Nathalie ;

§   Delphine.

·         Yves (1913 - 1998) né le 07/09/1913 au château de Pont-Bellanger (parrain Henri Garçon et marraine Alice Alouel), décédé le 17/07/1998 à Paris (75), épouse le 10/07/1943 à Paris (75) Odette Abinal, née le 15/04/1923 à Fontainebleau (77), fille de Pierre Auguste et Danièle Gounand.  De cette union sont nés :

o       Bernard, épouse Brigitte Muller, d’où :

§   Pierre ;

§   Claire ;

§   Marc, Marie et Isabelle.

o       Nicole, épouse Édouard BOVET, (divorcés), d’où :

§         Guillaume ;

§         Hélène ;

§         Antoine.

·         Maurice, dit Patrice BOUGRAIN-DUBOURG 1, né le 10/04/1920 au Vésinet (78), épouse le 01/07/1943 à Saint Firmin Edmée Bouire de Monnier de Beauvallon, née le 07/03/1921 à Denain (59), décédée le 21/03/1997 à La Rochelle (17) 1. De cette union sont nés :

o       Bernadette, épouse Jean-Fred KOENIG, d’où :

§   Joy.

o       Robert, épouse Marie Hélène Bordes, d’où :

§   Mathias ;

§   Céline.

o       Allain, relation avec Jane Manson, d’où :

§   Marianne.

o       Benoit, mort enfant.

o       Fabienne, Emmanuel FAUDOT-BEL, d’où :

§   Louis ;

§   Vincent, mort enfant.

 

·         Marguerite, en religion Sœur Marie Patrice de la Trinité, née en 192

 

 



Fiche concernant Gabriel Bougrain, communiquée à Bernard Sonneck pour parution dans son tome 3 du dictionnaire des décorés de la Légion d’Honneur de la Mayenne.

BOUGRAIN  Gabrielgénéral de division abc

¨        Chevalier le 21 novembre 1915, officier le 7 juillet 1933, commandeur le 23 août 1940

Né à Laval le 9 avril 1882, décédé à Saint-Germain en Laye (78) le 30 mai 1966.

Fils d’Auguste Bougrain, propriétaire de la banque Bougrain à Laval, et de Marguerite Lelièvre, mariés le 26 novembre 1872 à Laval.

Son grand-père Augustin, marchand de fil comme l’était son père,  né et mort à Gorron, portait le patronyme Bougrain-Dubourg, qui tire son origine des Bougrain, sieurs du Bourg (à Cousmes), et que le fils de Gabriel, Patrice Bougrain-Dubourg, ancien député de Saône et Loire, a repris.

 

Ayant fait ses études à Laval, Gabriel entre à St Cyr en 1903 (promotion de La Tour d'Auvergne). Excellent cavalier il choisit la cavalerie et, à la veille de la première guerre mondiale, il est sous écuyer au Cadre Noir. Officier de reconnaissance (Champagne, Somme, Verdun), il sert ensuite à l'Armée d'Orient (chef du 3ème Bureau) et devient un proche collaborateur du général Franchet d'Esperey. Après un temps passé comme professeur à l'Ecole Supérieure de Guerre, il prend un congé d'un an pour créer l'autodrome de Montlhéry. Il reprend du service comme directeur des études à Saumur (1926-1931) puis il est nommé chef d'Etat Major de l'Inspection de la Cavalerie (1931-1932). En 1933, il est promu colonel et part pour Sfax à la tête du 4ème régiment de Spahis tunisiens. Il reçoit son brevet de général de brigade en juin 1937. Au cours de la Campagne de France (2ème guerre mondiale), il commande une division de chars (la 2ème Division Légère Mécanique) qui se distingue en Belgique et sur la Loire. Général de division en 1940. Mis à la retraite par anticipation à cause de l'armistice, il terminera ses jours à Saint Germain-en-Laye. Il était Commandeur de la Légion d'Honneur.

 

Parmi ses citations à l’ordre de l’Armée, il faut retenir celles-ci. 20 février 1919 : Officier de premier ordre dont les qualités militaires n’ont cessé de s’affirmer au cours de la guerre. En particulier pendant son séjour en Orient a été un auxiliaire des plus précieux pour le commandement, exécutant avec autant d’intelligence que de calme bravoure de nombreuses reconnaissances d’officier d’Etat-major soit sur terre soit en avion dirigeant avec autant de compétence que d’abnégation le centre des armées alliées où il a obtenu des résultats tout à fait remarquables dans l’armée française et dans les armées alliées. 5 août 1940 : Grande unité d’élite engagée contre un ennemi très supérieur en nombre, la 2ème DLM sous les ordres du général Bougrain a réussi grâce à sa ténacité et à l’esprit de sacrifice de tous ses éléments à briser l’élan des divisions blindées allemandes lancées contre elles pendant les journées du 10 au 13 mai, permettant ainsi l’installation de l’armée sur les positions prévues.

Il avait épousé, le 10 avril 1909 à Orléans, Yvonne O’Mahony, sœur d’un de ses camarades de promotion. Elle était la fille de Maurice, comte O’Mahony, et de Marthe Lafreté d’Amphernet de Pontbellanger Ils eurent 5 enfants, dont l’aîné, Henri, né à Laval en 1910, est mort pour la France dans les Ardennes en 1940, et le cadet, Maurice, dit Patrice, officier de la Légion d’Honneur, se distingua dans la résistance avant d’être élu député de Saône et Loire en 1945.

 

 

 

   

Henri, Monique et Yves en 1932

 

 

Patrice en 1941